mardi 10 juin 2008

Peut-on rire de tout ?

Vous en connaissez, vous, des gens qui rient de tout ? Non ?

Je vois que vous hésitez, et vous avez raison. Car à strictement parler, celui qui rit de tout, c’est aussi celui qui rit tout le temps – puisque tout le fait rire.

Ce rire est donc un rire mécanique, idiot, dénué de sens. Car rire tout le temps, c’est aussi rire à contre temps, sans raison, c’est le ricanement de la hyène ou du fou.

En fait, même si on rit de tout, on ne rit pas de n’importe quoi : on ne rit pas de la forme d’un nuage dans le ciel ; et si on rit d’un animal, c’est parce qu’il ressemble à l’humain.

Donc « rire de tout », ça doit signifier autre chose. C’est rire de l’humain, et de plus rire de ce qui n’est pas drôle ; mieux même : c’est rire de ce qui devrait nous faire pleurer.

C’est rire sans tabou, de ce qui est tabou. C’est rire de la misère et de la mort, rire du racisme ou des déportés en camp de concentration, etc. Et non pas au second degré (1), comme en ironisant, mais rire goulûment de ce qui fait pleurer les autres.

--> Le débat pourrait être résumé (si tant est qu’un tel débat puisse l’être) ainsi : s’opposent deux conceptions - ou deux occasions - du rire : dans l’une le rire est le signe de la joie ou du bien-être (le rire du bébé) ; dans l’autre le rire est la réaction devant le ridicule de soi-même ou des autres. C’est ce dernier qui est le plus souvent objet de controverses. Cette controverse a fait l’objet d’un Post sur le Blog Citation du jour.

En voici un extrait :

Selon Hobbes, rire des autres, c’est se moquer d’eux, c’est être bouffi d’orgueil et c’est la preuve de la petitesse d’esprit du rieur. Le sage est celui qui refuse la tentation diabolique de rire des autres, parce que son rôle est de les aider à devenir meilleurs alors que la moquerie est stérile.

Selon Nietzsche, le sage est celui qui voit l’inanité des actions et des croyances humaines, son rire est moqueur, certes, mais c’est surtout la marque de la distance qu’il prend par rapport à eux. Tel Démocrite dont on dit que ses contemporains le prenaient pour un fou parce que, chaque jour il descendait au port, où on le voyait se tordre de rire devant l’absurdité des efforts qui s’y déployaient, le sage de Nietzsche affirme qu’on peut rire de tout ce qui est humain (2). Mais celui qui rit des autres ne rit pas de lui même : en tant qu’il est le rieur, il est au contraire très malin et donc il doit se prendre au sérieux (sauf à se dissocier en deux parties : une qui est risible, et l’autre qui rit).

(1) Quand Coluche au micro, disait : « Vous savez pourquoi le Bon Dieu a fait les nègres ? C’est parce qu’il n’avait plus de poils pour faire des singes. », cherchez le second degré.

(2) Voir le Gai Savoir - §1 - La Doctrine du But de la Vie

1 commentaire:

Alexandre a dit…

Quelques blagues pour fêter ça:

Quelle est la différence entre une cravate et une laisse?
La cravate est plus jolie

Une autre ?

Qu'est-ce qui est petit mignon et ne peut pas tourner dans un couloir?
Un bébé avec un javelot planté dans la tête

Je sais que c'est stérile, mais si on arrête de faire de choses stériles, on ne fait plus grand chose ;)

PS: en me relisant sur la fin, ça m'a fait penser à cette citation.