mercredi 14 mai 2008

La Culture, ou la culture physique ?

Quand on favorise le savoir, n'en vient-on pas à négliger le corps ?

La Boite à questions

« Je te demande une abeille et tu me donnes un essaim » dit Socrate à Ménon ; et ici pour une question posée, combien de questions supposées ?

Car comment répondre à la question quand elle en implique 4 ou 5 préalables ? S’agit-il d’une gestion du temps ? S’agit-il d’évoquer les différentes complexions du corps supposées à l’œuvre dans ces différents exercices ? Faut-il s’attendre à ce qu’on se réjouisse ou qu’on se désole de ne pouvoir gagner sur tous les tableaux ? Ou au contraire faut-il juger d’après le principe de Juvénal « Mens sana in corpore sano » ? Ou mieux : «Mens fervida in corpore lacertoso » : un esprit ardent dans un corps musclé. (1)

Bon… Docteur-Philo ne va pas se décourager pour si peu.

C’est vrai aujourd’hui on ne croit plus comme autrefois qu’il y a des gens dont la complexion physique est un facteur prédisposant aux études ; ou qui, au contraire, sont taillés pour l’exercice physique au point qu’il serait vain d’en espérer un jugement un peu fin. Mais avouons qu’il en reste un peu quelque chose.

--> En vérité, tout cela ne marche qu’à condition d’avoir un préjugé : celui que le corps et l’esprit ne « marchent » pas ensembles, et que même le développement de l’un – ou simplement son éminente qualité – entraîne la débilité de l’autre. Avons-nous réussi à dompter ce préjugé ? Pas tout à fait : voyez les préjugés sur les femmes : une belle femme est forcément une bimbo ; une femme super-diplômée est forcément une mochetée. Autrement dit, il ne s’agit même pas d’un choix de développement : il s’agit d’une opposition entre deux essences.
Sur ce point Docteur-Philo est droit dans sa toge : il ne croit pas qu’il y ait une muraille de Chine qui coupe l’homme en deux parties : d’un côté le corps, de l’autre l’esprit. L’exercice du corps favorise celui de l’esprit (de l’oxygène pour les petites cellules grises !) ; l’exercice de l’esprit affine l’activité du corps (comment « performer » sans une analyse intelligente des mouvements dans l’effort ?). La question qui reste est alors celle de la gestion du temps, qui est une question fort commune dans la vie quotidienne moderne.

--> Vous avez remarqué ? Docteur-Philo s’en prend aux préjugés des autres ; mais n’a-t-il pas lui-même quelques préjugés ? Par exemple, il fait comme si le souci du corps ne consistait exclusivement qu’en exercices hygiéniques. Et la sexualité alors, ce n’est pas un soin du corps peut-être ? Et ne me dites pas que c’est simplement hygiénique ! La sublimation, ça vous dit quelque chose ? Quand vous arrivez à vaincre une difficulté intellectuelle, n’avez-vous pas une sorte de jouissance qui vous dispense de chercher d’autres plaisirs ? No comment, comme dit Gainsbourg…

- Reste encore une autre question qui elle, n’a pas été posée : y a-t-il un rapport entre le type d’activité et le caractère ? La macération que s’impose l’intellectuel ne porte-t-elle pas à la tristesse ? « Réfléchir beaucoup et beaucoup s’affliger font survenir la mélancolie » écrit Rufus d’Ephèse (2). Mais qu’est-ce qui nous dit que ce n’est pas l’inverse, à savoir que c’est la mélancolie qui pousse à l’exercice intellectuel exclusif ?

Il faut bien qu’à quelque chose malheur soit bon !

(1) Sur l’harmonie corps-esprit, voir aussi ce lien

(2) Cité dans Saturne et la mélancolie – Klibansky-Panofsky-Saxl. Ouvrage passionnant à lire sur la plage cet été entre deux câlins séances d’entraînement au crawl.

3 commentaires:

bibibeb a dit…

Quand vous dites, une belle femme est une bimbo et une femme diplômée une mocheté, des études ont, au contraire démontré qu'on associait très souvent la beauté à l'intelligence et la laideur à l'inintelligence.

Sinon, j'adhère complètement à votre point de vue.

Jean-Pierre Hamel a dit…

Je citais cette phrase comme un préjugé dont l'origine ne peut-être que la jalousie.
Quant à savoir si le préjugé inverse existe (= une beauté est d'emblée associée à l'intelligence), je ne suis pas très sûr que ça existe.
Mais bon : ce n'est pas absolument essentiel pour notre propos.

Culture Physique a dit…

Mais quel est le rapport avec la culture physique?!?!?